lundi 16 février 2009

Où trouver les terres pour les biocarburants?


Illustration – L’industrie du bétail émet plus de gaz à effet de serre que tous les véhicules routiers de la planète. (photo : Wikimedia Commons)

Lorsqu’on parle de biocarburants, les gens craignent qu'on enlève des terres pour nourrir les humains et se disent que cela n’a pas de sens. Mais, essayons d’être objectifs et de s’élever au dessus de la mêlé pour «décompartimenter» notre gestion des terres sur la planète, et voir si on ne pourrait pas faire mieux.

Tout d’abord, selon un rapport des Nations-Unis publié en 2006, 70% des terres agricoles de la planète sont dédiées à l’industrie du bétail [H. Steinfeld et al., Livestock’s long shadow, Food and Agriculture Organization (FAO), Rome 2006]! Ces terres sont divisées en pâturages et en surfaces cultivées pour nourrir le bétail (33% des terres cultivées de la planète).

Par ailleurs, selon ce même rapport, l’industrie du bétail est responsable de 15% à 18% des émissions anthropogéniques de gaz à effet de serres (GES), exprimées en équivalent CO2. Mais, ce qu’il faut savoir c’est que l’ensemble des véhicules routiers de la planète sont responsables, eux, d’environ 12% à 13% des gaz à effet de serre (incluant les GES pour fabriquer les carburants). L’industrie du bétail émet donc PLUS de GES que les véhicules routiers!

Un autre élément à considérer également c’est qu'avec un hectare de terre arable on produit environ 25 kg de protéines animales de bœuf, alors qu’on produit 400 kg de protéines végétales de soya, 300 kg de protéines de riz et 150 kg de protéines de blé, avec ce même hectare. Sans compter que pour produire 1 kg de bœuf, ça prend plus de 40000 litres d’eau, soit plus de 6000 litres d'eau pour un steak de 150 grammes (voir le site de l’organisation Compassion In World Farming , en particulier le rapport The Global Benefits of Eating Less Meat, 2004)! L'excès de viande dans notre alimentation constitue donc un gaspillage éhonté de nos ressources planétaires en terre agricole et en eau douce, sans parler des autres ressources comme les carburants fossiles (gaz naturel pour les engrais et pétrole pour la machinerie).

Il faut connaître ces faits si on veut prendre des décisions éclairées quant à l’utilisation judicieuse de nos terres agricoles.

Dans mon dernier livre Rouler sans pétrole, je recommande de diminuer notre consommation de viande de 15% (un jour par semaine sans viande). Ce faisant, on libère plus de terres agricoles qu’on en a besoin pour produire en biocarburants l’équivalent de 5% des carburants pétroliers utilisés actuellement. Or 5% c’est tout ce qu’on a besoin, en provenance de cultures énergétiques, pour éliminer le pétrole des transports routiers (voir le billet précédent).

En terminant, il ne faut pas oublier qu’en réduisant un peu notre consommation de viande pour produire des biocarburants de deuxième génération, on diminue DOUBLEMENT les émissions de gaz à effet de serre, puisque l’industrie du bétail en émet plus que les véhicules routiers.

2 commentaires:

  1. Bonjour Pierre,

    - La population mondiale aura augmenté de 50% en 2050.

    - Les ventes d'automobiles en Chine devraient passer de 37 millions à 370 millions dans les 20 prochaînes années

    - La consommation de viande augmente, notamment en Chine (les chinois se dirige vers un mode alimentaire occidental)

    - La SAU mondiale est limitée

    - Entre 1/3 et 2/3 de la déforestation de ces dernières est liée au développement des agrocarburants selon Holly Gibbs, experte du Stanford’s Woods Institute for the Environment
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gQy7VFLFs365aBNrduM-V_xSFP8A

    - Les sols du monde, exploités par l'agriculture intensive, se dégradent

    - L'usage massif des engrais et pesticides a un impact sanitaire et environnemental préoccupant (eutrophisation etc.)

    - L'éthanol est plus polluant que l'essence
    http://www.enerzine.com/6/2454+L-ethanol-plus-polluant-que-l-essence+.html

    - "Les agrocarburants se situent dans la zone des rendements les plus faibles, ils sont de fait limités par le rendement de la photosynthèse qui est très faible (<1%). La troisième génération, utilisant des algues, restera largement moins efficace que les solutions « électriques » quelles qu'elles soient, notamment l'utilisation de l'énergie solaire." http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/Agrocarburants_et_Environnement.pdf

    - Les cultures nécessitent d'énormes quantités d'eau douce, une ressource de plus en plus rare.


    Agrocarburants ?
    Il est urgent d'arrêter le massacre !

    Bien amicalement,

    Olivier

    RépondreSupprimer
  2. En réponse à Olivier

    je suis d'accord que les biocarburants qu'on produit aujourd'hui sont très néfastes pour l'environnement et je NE PRÉCONISE PAS DE POURSUIVRE CE GENRE DE DÉVELOPPEMENT. Prends le temps de lire tous mes billets sur les biocarburants de demain et garde à l'esprit que les voitures hybrides branchables avancées vont consommer 20 fois moins de carburant.

    Pour ce qui est de la consommation d'eau, ces voitures hybrides branchables avancées vont en consommer moins d'un litre par jour (voir mon nouveau billet en date du 28 février 2009.

    Je sais Olivier que tu préconises les voitures tout électrique sur ton blogue Objectif Terre, mais lis attentivement mon billet du 7 février 2009 «Voitures électriques ou hybrides branchables? Project Better Place» et tu verras que le tout électrique présente de gros problèmes.

    Bien amicalement également

    RépondreSupprimer